LOCAL HERO | ENZO ASSERAF

local-hero-enzo-asseraf

LOCAL HERO | ENZO ASSERAF

Enzo Asseraf n’est pas très difficile : il aime tout dans le wakeboard ! À 15 ans, Enzo progresse vite et devrait continuer à s’imposer sur les podiums des compétitions.

Surnom: Zozo
Age : 15 ans
Home Spot :South Wake Park
Ville : Fréjus

Quand et où as-tu commencé le wakeboard ?

J’ai commencé le Wakeboard à 12 ans en 2013 à South Wake Park, mon Home Spot.

Fais-tu d’autres sports de glisse ?

Oui je fais du skate et du surf de temps en temps.

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans le wake ?

Dans le wake, j’aime voyager, on rencontre toujours des nouveaux rideurs, j’adore aussi les compétitions internationales où tous les rideurs du monde entier se réunissent. Ça permet de progresser plus vite. Au final, on est comme une grande famille.

Qu’est-ce que tu aimes le moins ?

J’aime tout dans le wake, rien ne me déplaît.

Que préfères-tu les rails, les kickers, ou les air tricks ?

Je suis plutôt rails et kickers, car je n’aime pas trop les air tricks.

Si tu devais avoir une session avec un rideur pro, ce serait qui ?

Ce serait avec Dominik Hernler pour sa créativité et son style.

Parle-nous un peu plus de ton home spot ?

J’ai la chance de suivre une scolarité à domicile depuis mes 13 ans et du coup, la saison dernière, je n’ai pas trop profité de mon home spot car j’étais toujours dans d’autres parks c’est un full size assez petit mais bien rempli. De nouveaux modules ne vont pas tarder à arriver pour remplacer les anciens, il y règne une bonne ambiance.

Tu rides toujours tout seul ou avec tes potes ?

Je ride toujours avec des potes, ça donne de la motivation pour tester des nouveaux tricks.

Pour finir, parle-nous de ta dernière compet, le Plastic Playground World Series. Que s‘est-il passé ?

Le Plastic Playground World Séries. Il s’est déroulé au Thaï Wake Park en Thaïlande, j’y suis allé 3 semaines avant pour bien me préparer. J’en profite d’ailleurs pour remercier mon père.

Le jour de la compète, arrivé en demi-finale (Head to Head), je réalise parfaitement mon premier run mais mon deuxième ne s’est pas déroulé comme je le voulais. Partant sur le kicker de gauche, je pose mon rewind à la replaque cependant mon genou me fait très mal tout de suite après je lâche le palot. Arrivé sur l’herbe, je sentais une grosse douleur au genou et ne pouvant plus le tendre, certains amis sont vite accourus pour prendre de mes nouvelles, je leur ai expliqué mon problème. Stuart Marston l’organisateur du Plastic Playground est venu me dire que j’étais en final. Malheureusement, je lui ai dit que je ne pourrai plus rider. Le compète terminée, je finis à la quatrième place, content mais dégoûté de ne pas avoir pu rider avec les potes en finale. Ce plastic playground a été une très grande expérience pour moi.

Je serai à Londres et à Bali pour prendre ma revanche !

LOCAL HERO
ENZO ASSERAF



Clear_1920X800

Processing...
Thank you! Your subscription has been confirmed. You'll hear from us soon.
ErrorHere